Sidali DE SAINT-JURS

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 18 mars 2017

L'Esprit de l'Apé la Paix de l'Esprit

Après 42 années de créations artistiques, pour sa première exposition, Salle Monseigneur Fabre à Roquevaire, Sidali DE SAINT-JURS se dévoile à travers la rétrospective d’une partie de ses œuvres : le thème « L’Esprit de l’Apé la Paix de L’Esprit ». En nous invitant à cheminer à travers les paysages de sa Provence natale, à explorer ses sculptures monumentales, ses espaces paysagés ou la scénographie d’une salle d’exposition, l’artiste nous met en présence d’une globalité intelligible, seulement en partie. Pour déchiffrer ses œuvres et s’enrichir de leur sens caché, il faut avoir été initié au décryptage des symboles.

Là où Sidali nous donne à voir une grotte plongée dans un clair-obscur, le cherchant découvrira peut-être l’idée sous le symbole. Et si une œuvre devient un temps soit peu déroutante c’est que l’artiste souhaite en retarder la compréhension. Si maintenant le tableau est flamboyant c’est que Sidali nous invite à nous mettre à l’abri et si dans une scénographie il semble manquer un élément c’est pour nous inviter à découvrir que ce qui manque à la scène c’est quelqu’un pour la contempler.

Glisser de l’inattendu dans ses œuvres est pour l’artiste une manière de nous dire que l’art est long, la vie courte, que l’expérience est trompeuse et que le jugement est téméraire.

Pour Sidali DE SAINT-JURS, l’art apparaît comme moyen d’action, moyen de rencontre, avec soi-même, avec l’autre. L’art pour créer des liens, pour donner du sens.

Michèle SAUVAIRE commissaire de l’exposition

NB : À partir du 18 avril 2017 l’artiste débutera une toile de 230 x 690, sujet : Les Braves.

L'Apé de l'Esprit

jeudi 3 juin 2010

Lévite de l’Apé

Dimanche 23 mai 2010 nous fêtions le cinquantième anniversaire de Jean-Pierre Brun. C’est à cette occasion que j’ai réalisé la première des 99 toiles de mon œuvre majeure. Un lien teinté de bleu indigo puis de jaune miel me relie à la famille de ce quinquagénaire.

Tracé à l'ongle

Sur la toile bleue j’esquisse de mes ongles les premiers traits comme l’on caresserait la terre. A la brosse jaune et orangée un arc j’ai tracé, passerelle d’amitié.

tracé de l'arc

Lumière sur l’ombre j’ai posé, jaune, vert, bleu, violet, voilà le tracé.

bleu vert jaune violet

tracés oubliés

Lumière et ombre opposées, seul face à mon chevalet il me faut piocher, creuser, chercher au centre de la terre, au centre de moi-même, quelques traits oubliés.

miroir

Touches à touches, pas à pas, franchissant les obstacles, remontant au pinacle ; miroir inversé qui donc est contemplé ?

Avettes au tabernacle, Apiculteurs gardiens de l’arche, Lévites seriez-vous ? Doigt et pinceau scellent le secret.

sceau du secret

L’Apé est l’architecte de toutes choses et messagère du Verbe créateur. Elle est la parole, le Nom, qui préfigure l’imprononçable Nom. C’est ce Nom que l’on invoque lèvres jointes, qui arrête le dard de l’abeille irritée, langue serrée entre les dents le silence s’unit à la parole.

Lévite

Naissance et renaissance, futur et passé sont maintenant tissés entre le ciel et l’Apé.

Crédit photos : Patrick CARNUS 23 mai 2010

lundi 5 avril 2010

99 toiles pour l'Apé dans le monde

L’Apé est la Paix

Eglise et château en ruine soleil couchantLe projet qui constituera mon œuvre majeure est de réaliser 99 tableaux de différentes tailles, de 10 cm à plus de 3 m de long. Une toile qui me tient à cœur concernera le Liban où durant le terrible déchirement que vécut ce pays les apiculteurs issus des trois religions en guerre n’ont pas participé au conflit et ont perpétué leurs échanges. Cette information je la tiens de M. Yvon ACHARD qui la tenait lui-même du président de la coopérative apicole de Beyrouth. Dans mon esprit cette anecdote m’a projeté des siècles en arrière à l’époque de l’Andalousie Céleste où durant 500 ans Juifs, Chrétiens et Musulmans ont littéralement coexisté, c’est à dire vécu côte à côte. L’histoire est pleine d’Orientaux et d’Occidentaux qui se croisent, se toisent, s’affrontent. La Voie de l’Apé, pratique que je partage avec tous les apiculteurs du monde entier, véritable méditation, constitue une voie médiane entre Orient et Occident, entre naissance du jour et début de la nuit. Il m’aura fallu trente années d’approche pour percevoir l’expression de cet univers et pour tenter de sentir son âme. Depuis peu, dans le murmure des ailes de l’Apé j’entends chuchoter un cri.

J’aime à penser que par le pouvoir des mots, le nom « l’Apé », l’abeille en italien, s’entend « la Paix », en français. Ma démarche replace l’abeille dans ce qu’elle est : le plus petit dénominateur commun entre les cultures, incluant bien sûr les religions.

Entreprendre ce voyage c’est d’abord choisir sa destination puis envisager son itinéraire et se mettre en mouvement.

En Occident on m’appelle Sidali DE SAINT-JURS, mon nom véritable vient de l’Orient. Je suis artiste et depuis 30 ans je réalise des œuvres dont l’abeille est l’élément central. Ma rencontre avec l’univers de l’abeille eut lieu, à l’image d’un pinceau vertical et perpendiculaire au papier, en plein midi.

Sidali DE SAINT-JURS
Ambassadeur de l’Apé