Sidali DE SAINT-JURS

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 9 mai 2015

BUS DE L'AGGLO

BUS DE L’AGGLO suite.

Si comme un bon ébéniste votre ciseau à bois venait à être émoussé vous prendriez le temps de le réaffuter voir de le polir car vous savez que cet outil reflète ce que vous êtes et vous permet d’être performant et heureux. Ce matin à 7h 46 j’ai été accepté à bord du bus n°8 et n’en suis redescendu qu’à Roquevaire après avoir été jusqu’au dépôt de St-Zacharie. Là en accord avec “Guy” (tel est le prénom que le chauffeur m’a donné) j’ai attendu quelques minutes pour faire le trajet en sens inverse, vers la Vallée Internationale des Peintres​. Tandis que je patientai, mon regard c’est attardé sur certains points à l’intérieur de ce bus là, points qui mériteront une étude plus poussée, dans l’intérêt de tous les usagers. Durant le trajet de retour je découvre avec plaisir que les Bus de l’Aggglo ont même prévu un message sonore pour les mal-voyants, c’est bien et c’est encore mieux dans les deux sens. Pour l’instant je retient que sans la farouche détermination et l’implication personnelle d’ Alain Gracia​ élu à la Mairie de Roquevaire, peut-être n’aurai-je pu faire ce voyage riche d’enseignement, compte tenu du silence incorrect des Bus de l’Agglo. MERCI ALAIN GRACIA !!! Saviez-vous que des financements sont accordées pour faciliter la mobilité de ceux qui comme moi en ont moins? Alors voilà ce qui va se passer dorénavant et qui a commencé ce matin à 7h46, je vais rassembler une équipe de personnes à mobilités réduites et d’autres valides, pour inventorier les points susceptibles d’être améliorés puis nous ferons des propositions que nous publierons et adresserons au ministère des transports.

sid portrait

Pourquoi ne te contentes-tu pas que de cette possibilité de mouvement, me dit un proche ami impliqué ? Parce-que je suis attaché à la Vallée de l’Huveaune et du Merlançon et c’est parce-que je les aime que je ne les accepte pas comme elles sont ! ELLES VALENT MIEUX, BEAUCOUP MIEUX !!! Surprenant de ne pas accepter d’aimer les gens tel qu’ils sont alors que la morale nous l’impose, implicitement… Lorsqu’un couple décide de devenir des parents, pour l’enfant à naître ils ont pour lui un projet de vie qui le conduira au moins jusqu’à 80 ans minimum. Alors pourquoi n’aurai-je pas le projet de contribuer à ce que cet enfant est un environnement agréable, où le bien vivre ensemble est un trait d’union ? Si j’ai transformé les contraintes de mon handicap en capacité professionnelle et si durant ma carrière certains ;dirigeants de Groupes sollicitaient mon point de vu, c’est qu’ils avaient bien compris que le handicap limite le corps et pas les fonctions cognitives ; pour peu que l’on cherche à s’améliorer bien-sûr ! Pour l’instant je renouvelle un grand merci à Alain Gracia et à vous toutes et à vous tous qui par vos messages donnaient à cette sentence : c’est en additionnant nos différences que nous multiplions nos réussites. Bises

À SUIVRE : l’Agglo un Parpaing dans la marre !

lundi 23 février 2015

LES SECRETS DE LA MALÉDICTION DE ROQUEVAIRE

Extrait Chapitre 27 Les veilleurs de l’aube :

Le Cœur du Centre est une oreille à qui sait écouter. Les sons, les murmures et les chuchotements de la vallée viennent y résonner en masse.

Les mots se croisent, s’entrechoquent, ricochent sur les murs, s’écrasent au sol, se blottissent dans un coin, nous tendent la main, se perdent et se noient quelquefois dans la fontaine, lorsqu’elle ne parle plus.

Notre Dame

L’eau devenue silencieuse s’étire alors en un filet lisse et tendu, Corde d’Argent du bec verseur au bassin, reliant le haut et le bas, le corps et l’esprit.

C’est lorsque la fontaine se tait et à cette occasion seulement que l’on entend distinctement résonner des pas dans la rue Brégançon. Pas accompagnés du martèlement régulier d’une canne en bois.

LES SECRETS DE LA MALÉDICTION DE ROQUEVAIRE

Extrait Chapitre 26 la tente du rendez-vous :

Cet endroit a été jusque dans les années 80 la propriété de Louis Pudent qui nous régalait de son pain sorti tout chaud du vieux fournil.

Si j’ai souhaité conserver ce four intact c’est parce qu’à l’âge de treize ans j’ai perdu mon père, tué dans un accident de voiture. Veuve et avec une ribambelle de gamins, notre mère faisait de son mieux pour nous élever et nous alimenter.

brégançon

Un jour, un inconnu est venu voir Loule et lui a payé mille pains d’avance pour notre famille ; un an de pain. J’ai appris, il y a pas mal de temps qui était cet homme et ce qu’il faisait pour les autres. Voilà pourquoi j’ai souhaité conserver en l’état ce vieux four”.

LES SECRETS DE LA MALÉDICTION DE ROQUEVAIRE

Extrait Chapitre 25 Penser globalement agir localement :

À la nuit tombée, après que boutiques et cafés aient fermé un à un, discrètement, ils se dirigent vers l’impasse de la Glacière. Là, ils franchissent une basse porte après y avoir frappé et montré patte blanche.

Ils s’assemblent en ce lieu sûr et sacré comme l’ont fait leurs aieux et comme d’autres le feront après eux.
L’espace était jadis un moulin à huile où la meule est devenue Autel, les poteaux du pressoir deux colonnes, les tonneaux des sièges et les scourtins à olives des coussins. Les lumières du plafond s’estompent pour laisser place à des lanternes disposées sur les côtés.
Soudain, un roulement sourd fait trembler l’habitation. De la poussière ruisselle entre les joints, un pan de mur recule, quatre hommes forts finissent d’ouvrir la lourde porte en pierre. Ils franchissent sans mot dire le seuil du sanctuaire.

manaux

LES SECRETS DE LA MALÉDICTION DE ROQUEVAIRE

Extrait Chapitre 24 Car elles dévorent les astres et la nuit :

La Dame au couchant se dessine au pied du Garlaban. Les yeux éclaboussés de soleil et la tête encombrée de questions l’enquêteur s’en retourne chez lui. Peu après s’être garé à cheval sur le trottoir devant le 7 de la rue des Abeilles, Doug s’extrait du grand véhicule… Pour voir le soleil dans ton cœur, ferme les yeux à l’illusion de la forme et ouvre-les à la lumière de l’esprit.

esprit

- page 1 de 14